Claire Musiol

 

Toi, Strasbourgeois, habitant du quartier, promeneur de passage, écoute cette histoire.

Tu dois la connaître. 

Viens par-là! Regarde dedans!

Tu vois l'homme aux ciseaux?

C'est le fils de la fille du premier coiffeur de la rue de l'Yser.

Oui, tu as bien compté.

Ici trois générations se sont succédées.

Elles ont manié du bigoudi et enroulé des mises en plis, coupé, effilé, coloré, défrisé.

Tour à tour, elles ont transformé tous ceux qui le désiraient, donné de l'allure, embelli les figures.

Architectes du visage, elles ont travaillé sur le vivant : le cheveu. Elles l'ont sculpté et peint et, parfois, lui ont même appris à danser.

Et tout en coiffant, elles ont écouté, patiemment, tous les récits qu'on leur a contés.

Parce qu'ici, en même temps que leurs cheveux, ceux qui sont entrés ont laissé des histoires, leur histoire.


Extrait de « 85 ans de coiffure » - Claire Musiol Blog